Les mutilations génitales féminines (MGF) sont une violation des droits humains et une forme de « violence basée sur le genre » qui a eu un impact sur la vie de millions de femmes et de filles dans le monde, en particulier sur le continent africain. La MGF est définie comme incluant « toutes les procédures impliquant l’ablation partielle ou totale des organes génitaux féminins externes ou d’autres blessures aux organes génitaux féminins pour des raisons non médicales », et contribue à des résultats négatifs pour la santé maternelle, physique et psychologique. Les complications résultant des MGF peuvent inclure des saignements excessifs, des douleurs intenses, des infections et même la mort.

Compte tenu des données les plus récentes et des indicateurs clés – y compris les tranches d’âge de 0 à 14 ans et de 15 à 49 ans – la prévalence des MGF en Afrique est de 1 % à 97 %. En conséquence, plus de 50 millions de filles en Afrique risquent de subir cette pratique préjudiciable si des actions concertées ne sont pas prises. De plus, compte tenu des conséquences désastreuses de la pandémie de COVID-19, deux millions de cas supplémentaires de MGF sont estimés d’ici 2030.

Les leçons émergentes révèlent qu’il existe divers changements générationnels entre et au sein des pays et des régions qui incluent des changements, en particulier dans les villes frontalières, dans la façon dont les MGF sont pratiquées, associés à la réponse aux lois et politiques contre elles. Accroître l’engagement communautaire, en particulier celui des femmes et des jeunes, tirer parti de l’innovation et de l’exposition aux médias modifie les fondements sociaux des MGF.

Pour accélérer l’élimination des MGF, le Programme conjoint sur l’élimination des MGF du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) et du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) continue de donner la priorité aux stratégies visant à catalyser un changement social positif pour l’abandon de la pratique. Créé en 2007, le Programme conjoint est le plus grand programme mondial visant à accélérer l’élimination des MGF. Actuellement, dans sa quatrième phase, il se concentre sur la contribution à la réalisation de l’objectif de développement durable (ODD) 5 et en particulier de la cible 3, en cherchant à éliminer toutes les pratiques néfastes, telles que les mariages d’enfants, précoces et forcés, et les MGF d’ici 2030. UNFPA prévoit une réduction d’un tiers vers l’élimination des MGF d’ici 2030. Depuis sa création, il a aidé plus de 5,5 millions de filles et de femmes à bénéficier de services de prévention, de protection, et les services de soins liés aux MGF. Quelque 42,5 millions de personnes dans plus de 30 182 communautés de 15 pays à forte prévalence de MGF ont fait des déclarations publiques pour abandonner cette pratique néfaste.

L’UNFPA aide également à renforcer les services de santé pour prévenir les MGF et traiter les complications qui en découlent. L’UNFPA travaille également avec des organisations de la société civile qui participent à des séances d’éducation et de dialogue dirigées par la communauté et axées sur la santé et les droits de l’homme. Le Programme conjoint travaille avec les chefs religieux et traditionnels pour dissocier les MGF de la religion et pour générer un soutien à l’abandon, en s’engageant et en travaillant avec les médias pour favoriser le dialogue sur la pratique et pour changer les perceptions des filles qui ne sont pas excisées.

L’UNFPA, en collaboration avec le programme conjoint, a lancé le projet FGM innovation HackLabs qui engage les jeunes à initier des solutions innovantes pour contribuer à mettre fin aux MGF et aux pratiques néfastes en Afrique. Le projet en 2021 a identifié plus de 100 solutions d’innovation, fournissant un financement de démarrage allant jusqu’à 70 000 $ et 6 mois de soutien à l’incubation d’entreprises pour transformer ces solutions en produits viables à travers le continent. Au total, plus d’un million de jeunes ont reçu des informations sur l’innovation en matière de MGF.

En 2022, l’UNFPA et le programme conjoint UNICEF/UNFPA sur les MGF lancent la version 2022 du projet (en s’appuyant sur les succès du hackLab 2021) qui cherchera à engager plus de 100 centres d’incubation/accélérateurs d’innovation à travers l’Afrique, ce qui conduira à engager plus de 1000 innovateurs travaillant avec ferveur pour imaginer des solutions d’innovation MGF pour atteindre plus d’un million de jeunes, initier plus de 200 solutions d’innovation et intensifier la réponse collective des jeunes en Afrique.

Mettre fin aux MGF d’ici 2030 nécessiterait de redoubler d’efforts fondés sur des preuves et d’innovation.

Pour plus d’informations et postuler, cliquez-ICI

1 thought on “Appel à candidature MGF innovation HackLabs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.