Dans les deux tiers des cas à peu près, l’organisme manifeste des signes précurseurs de l’infarctus du myocarde, et un tiers des patients victimes d’attaque cérébrale présente d’abord des signes d’alarme.

L’un des symptômes les plus caractéristiques de l’infarctus du myocarde est une douleur oppressante dans la région thoracique lors d’un effort physique ou d’une émotion (angine de poitrine).

La cause: une irrigation toujours plus mauvaise du muscle cardiaque lors des sollicitations. Mais une douleur thoracique n’est pas nécessairement synonyme de maladie coronarienne. Par exemple, un bref élancement, localisable avec un doigt, signale plutôt un problème de la plèvre ou une atteinte musculaire.

Identifier les symptômes

Symptômes caractéristiques de l’angine de poitrine:

  • Douleur constrictive ou oppressante dans la région thoracique, durant plusieurs minutes.
  • Irradiation de la douleur dans le cou, ainsi que dans l’épaule et le bras gauches.
  • Atténuation rapide de la douleur après la prise d’un médicament vaso-dilatateur (p. ex. dérivés nitrés).

Si ces symptômes se manifestent chez une personne jusque-là en bonne santé, appelez immédiatement un médecin ou l’ambulance.

Lors d’un infarctus du myocarde, les symptômes sont pratiquement analogues et ne diffèrent que par la durée de la douleur:

  • Douleur constrictive ou oppressante dans la région du cœur, pouvant irradier dans le cou, le maxillaire inférieur, les épaules, les bras ou l’estomac.
  • Vives douleurs durant plus de 15 minutes.
  • Angoisses, difficultés respiratoires, sensation de picotement.
  • Pâleur, sueurs froides, nausées.
  • Éventuellement perte de conscience accompagnée d’arrêt respiratoire ou cardiaque.

Mais tous les infarctus du myocarde ne s’accompagnent pas forcément de ces signes typiques. Environ un cinquième de tous les infarctus est «muet», en particulier chez les diabétiques, les personnes âgées et les femmes.

Par ailleurs, les signes avant-coureurs  d’une attaque cérébrale sont des troubles circulatoires transitoires décrits sous le nom de «mini attaque cérébrale» ou d’Accident Ischémique Transitoire (AIT). Les symptômes typiques d’un AIT sont par exemple un brusque trouble passager de la vision ou une soudaine paralysie d‘un bras, qui ne dure pas. Les symptômes d’un AIT étant par définition (très) brefs, ces signes d’alarme ne seront souvent pas pris au sérieux. Or, un AIT peut être le signe avant-coureur d’une attaque cérébrale. De tels symptômes doivent donc amener à consulter immédiatement un médecin ou un service hospitalier d’urgence.

Lors d’une attaque cérébrale, on a affaire le plus souvent à un ou plusieurs des symptômes suivants:

  • Faiblesse, paralysie ou troubles sensitifs, en général d’un seul côté du corps (visage, bras ou jambe).
  • Cécité (souvent d’un seul œil), ou vision double.
  • Perte subite de la parole ou difficultés à comprendre ce qui se dit.
  • Brusques vertiges rotatoires avec incapacité à marcher.
  • Maux de tête soudains, inhabituels.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.