La colère n’épargne personne. En effet, avez-vous assez communiqué sur vos valeurs ? Est-ce que vous connaissez vos limites ? Voilà des questions qui doivent vous traversez une fois que vous êtes en colère. Toute émotion est utile. La colère étant une émotion fragilisante, elle vient vous donner une information sur vous ; sur votre situation. Laquelle émotion reste naturelle dans le quotidien de tous. 

Que retenir de la colère ???

La colère se définit étant un sentiment exprimé après être mécontent par rapport à une situation. C’est une réaction de frustration qui survient et rend votre vie pénible bref, c’est une crise accompagnée d’agressivité. Elle vous indique qu’un besoin n’est point comblé. C’est-à-dire qu’elle vous rappelle que votre limite a été franchie. Oui, il y a colère et colère. Parfois, la colère peut s’avérer utile, pour ne pas dire, nécessaire, par exemple quand elle est destinée à vous protéger d’une agression. Une personne victime d’une tentative de vol à l’arrachée peut mettre en déroute son agresseur en se mettant en colère, plutôt qu’en se soumettant. Dans ce contexte, la colère est un mécanisme de défense, classé dans la catégorie des mécanismes de défense matures.

LES TYPES DE COLÈRE

Il existe des types de colère adapté à chaque individu ensemble découvrons-les.

Colérique volcan endormi

Ce sont des personnes qui s’explosent à la moindre situation. Ses derniers manifestent leur sentiment du tic au tac. Conséquence, c’est détruire en un laps de temps beaucoup de choses. Elles sont également capables d’adresser des paroles touchantes à leur vis-à-vis, voire même faire du mal étant énervé. C’est une colère monstrueuse.

Colérique silencieuse

Dans cette catégorie, les individus qui doivent montrer leur irritation ne s’expriment point. La colère reste ainsi à l’intérieur à eux même. En d’autres termes, ils cachent leur colère. Ceci s’explique par le simple fait qu’ils ont la peur du jugement des autres. Cependant, les sujets concernés deviennent frustrer, aigri, méchant. En un mot, ils sont incapables de manifester de l’amour.

Colérique Absente

Vous avez face ici à des gens qui s’interdisent tout simplement de se mettre dans l’état de l’emportemen. Mais il est nécessaire de retenir que la colère est une émotion normale. Dans le même temps, il serait anormal à partir du moment où vous allez faire subir votre colère non seulement à vous-même, mais également aux autres. À l’origine, la colère est faite pour se défendre.

COMMENT GÉRER SA COLÈRE?

1. Analysez votre colère

A cette étape, vous devriez vous poser assez de questions afin de comprendre comment, et pourquoi vous êtes en colère et Pourquoi vous vous mettez en colère, il vous faut d’abord vous observer.

Remontez le temps : que s’est-il passé avant que vous n’explosiez ? Qu’est-ce qui n’a pas marché ? Quel est votre part de responsabilité ? En réalisant cet exercice, vous comprendrez non seulement le mécanisme d’accumulation d’événements distincts (ou liés), qui ont conduit à vous énerver, et vous faire perdre tout contrôle, mais elle vous permettra également à changer de regard sur la situation pour se sentir bien. Énervé, être en colère ou non ne changera rien au problème. La colère n’est en effet souvent que la conséquence d’autres événements, que votre esprit et votre corps vont traduire en émotions. 

2. Détectez les signes avant-coureurs

Grâce à ce travail d’analyse, vous allez pouvoir détecter les signaux que vous envoie votre cerveau, afin d’agir avant qu’il ne soit trop tard. Fatigue, soupirs, mains qui tremblent, difficultés à se concentrer, ruminations, envie de ne rien faire ou au contraire de tout laisser tomber. Les voilà les signaux !

3- Savoir que vous êtes en colère

Trembler ; pleurer ; rougir sont entre autres les manifestations de la colère. Très souvent, certaines personnes refusent de reconnaître qu’elles sont en colère. Pour le savoir, il faut commencer par vous connaitre.

4- Sortir de la situation énervante

Vous avez pris conscience de ce qui vous met dans un état propice au déclenchement de votre colère. C’est très bien ! Vous avez fait une grosse partie du travail La seconde consiste à ne pas subir, mais à agir. Avant que la colère ne vous submerge.

La fustration ne vous fait pas du bien ; elle ne vous donne pas l’opportunité de réfléchir. Plus la colère s’alimente plus elle grandie. De plus dans votre organisme, la colère crée le cortisol qui vous bouffe étant comme un acide. Bienvenue alors l’ulcère, les maladies cardio-vasculaires. Vous devez alors sortir de votre monde d’énervement soit mentalement ou physiquement.
L’idée ici, c’est de retrouver la paix intérieure. Une fois calme, vous devez chercher à vous libérer de cette émotion : la colère. Pour arriver à décharger cette colère, vous avez la possibilité de marcher ; de parler à un ami ; de parler seul. Plus loin, vous pouvez aussi transcrire vos mécontentements. Attention !!! Débarrassez-vous après du support sur lequel vous avez écrit.

4. Evitez les situations qui déclenchent votre colère

Désormais, vous savez détecter ce qui déclenche votre colère, et la contrôler avant d’exploser. L’étape en plus, c’est de parvenir à vous soustraire aux éléments déclencheurs. Qu’il s’agisse d’un lieu, d’une personne, d’une situation qui vous énervent, vous avez le pouvoir de dire non. Vous n’irez pas à cet endroit, vous ne verrez pas cette personne, vous ne vous mettrez pas dans cette situation. On appelle cela une stratégie d’évitement. Mais si, malgré tout, vous devez subir une de ces situations à risque, partagez ce qui provoque cette colère avec une personne de confiance, qui pourra vous venir en aide par des paroles bienveillantes, ou en vous changeant les idées. Gardez votre sang froid.

Comme vous le voyez, pour conclure, la colère n’a rien d’inéluctable. Avant qu’elle n’arrive et ne vous submerge, et vous fasse dire ou faire des bêtises, vous pouvez l’éviter, car elle ne vous apportera, le plus souvent, que des ennuis. Mais pour cela, il est important d’éliminer ou d’éviter ce qui la déclenche, et sinon, d’évacuer régulièrement, avant que le vase ne se remplisse, et déborde ! 

LES ASTUCES POUR ÉVITER DE SE FÂCHER

Si vous vous sentez enervé, donc, pas loin de vous mettre en colère, mais que vous n’avez pas encore explosé : é-va-cu-ez ! Certains thérapeutes expliquent qu’il est normal d’avoir envie d’étrangler quelqu’un, mais comme c’est interdit, il faut utiliser des subterfuges. L’un recommande d’étrangler… un coussin ! D’autres, plus simplement, de taper dans un punching ball, ou dans les coussins d’un canapé. Vous verrez, cela fait beaucoup de bien ! 

Faites du sport

Vous êtes furieux ? Autre solution, plus pragmatique : Faites du sport. Oui, tout sport, qui mobilise de l’énergie, mais aussi, libère des endorphines dans l’organisme, permet d’endiguer votre colère. Commencez par marcher, pratiquer une activité physique. Le but, c’est d’évacuer toutes les ondes négatives de vos idées, et même de votre corps. Par ailleurs, le sport participe à votre bonne santé.

Rester positive

Il n’est pas toujours aisé de garder le sourire au-delà des problèmes. En effet, le positivisme vous amène à accorder peu de place à tout ce qui est négatif. À partir de ce moment, vous aurez une vision différente de voir certaines situations. Ainsi, vous ne serez pas trop fan d’être toujours en indigner.

Accepter les erreurs

D’abord, commencez par vous rappeler que « L’erreur est humaine ». C’est d’ailleurs pourquoi vous devez accepter que les autres puissent faillir. Tout le monde peut être source de révolte de son vis-à-vis. C’est un exercice du mental, psychologique qui prépare à faire face à tout. Inutile donc de vous enflammer à moindre geste.

Réfléchir avant l’action

La rage n’a pas pour objectif de faire du bien. C’est plutôt une étape qui vous fait faire des bêtises. Pour cela, vous devez réfléchir avant d’agir. En d’autres termes, vous devez examiner de manière objective les faits qui se présentent à vous. Ai-je raison de me mettre en colère de cette façon ? C’est une interrogation qui peut vous aider. La réflexion vous évite d’agir de manière peu commode qui pourrait affecter une ou des relations de votre environnement à long terme.

De tout ce qui précède, la fureur n’a rien d’inéluctable. Mais avant qu’elle ne vous submerge, vous avez différentes possibilités de l’éviter. Car n’oubliez pas que vous ne pouvez revenir sur des paroles prononcées dans votre ressent. Au lieu de vous laisser contrôler par la rage, il est important que vous appreniez à maîtriser cette dernière. Outre les différentes émotions existantes, la colère est complexe. Moult occasions peuvent faciliter votre colère. Ne cédez pas. Gardez simplement votre joie de vivre peu importe la situation. Cela ne sera point facile, mais avec un peu de courage vous allez y arriver. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.