La parodontite est une inflammation des tissus qui entourent et qui soutiennent les dents, qu’on appelle le « parodonte ». Ces tissus comprennent la gencive, des fibres de soutien, appelé le desmodonte et l’os dans lequel sont ancrées les dents.

La parodontite est une maladie d’origine bactérienne, qui survient le plus souvent lorsque les mécanismes immunitaires sont affaiblis.

La parodontite débute généralement par une inflammation de la gencive (gingivite) qui s’étend progressivement vers le tissu osseux, en formant des « poches » infectées entre la gencive et la dent. 

En l’absence de traitement, la parodontite peut entraîner une destruction de l’os et un déchaussement,  voire une perte des dents.

Remarque Il existe plusieurs formes de parodontites et leur classification a longtemps été débattue. Les spécialistes parlent préférentiellement de « maladies parodontales », qui regroupent toutes les atteintes du parodonte. La plus récente classification distingue les gingivites (plus superficielles) des parodontites qui atteignent l’os. 

Types de parodontites

Parmi les parodontites, on distingue généralement :

  • la parodontite chronique, qui a un taux de progression lent à modéré.
  • la parodontite agressive, qui peut être localisée ou généralisée.

La parodontite peut également survenir en marge de maladies comme le diabète, le cancer ou l’infection à VIH/sida, par exemple. Les dentistes parlent alors de parodontite associée à une maladie générale.

Une autre façon de classer les parodontites consiste à se fonder sur l’âge de survenue de la maladie. Ainsi, on peut distinguer :

  • les parodontites de l’adulte, qui sont de loin les plus fréquentes.
  • les parodontites précoces de l’enfant et de l’adolescent, qui évoluent rapidement.

Qui est touché ?

Selon les sources, on estime que les maladies parodontales touchent, à des degrés divers, 20 à 50% des adultes dans la plupart des pays du monde.
L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime quant à elle, en se fondant sur 80 études faites dans plus de 30 pays, que 10 à 15 % des adultes souffrent de parodontite sévère dans le monde.

Une étude menée récemment aux États-Unis confirme que près de la moitié des adultes sont atteints de parodontite à un stade léger, modéré ou grave. La prévalence et la gravité de la maladie augmentent avec l’âge. Cette même étude souligne qu’environ 65% des personnes de plus de 65 ans présenteraient une parodontite modérée ou grave.

Causes de la maladie

La parodontite est une maladie d’origine complexe qui fait intervenir deux facteurs :

  • des bactéries buccales, néfastes ou « pathogènes ».
  • un affaiblissement ou un manque de réactivité du système immunitaire, qui laisse ces bactéries gagner du terrain et se multiplier.

Plusieurs facteurs peuvent contribuer à l’apparition d’une parodontite comme le tabac, une infection, une mauvaise alimentation, etc.

La parodontite peut aussi être une manifestation associée à certaines maladies générales, comme le diabète

Des centaines d’espèces différentes de bactéries vivent dans la bouche. Certaines sont bénéfiques mais d’autres néfastes pour la santé bucco-dentaire. Ces bactéries forment un film sur les gencives et les dents, qui constitue la plaque dentaire.

Cette plaque dentaire est éliminée lors du brossage des dents, mais elle se reforme rapidement et peut se solidifier en tartre.

En quelques jours, le tartre peut provoquer une inflammation des gencives qu’on appelle gingivite. Progressivement, si le système immunitaire ne réagit pas de façon assez virulente, l’équilibre entre « bonnes » et « mauvaises » bactéries va se rompre. Les bactéries néfastes comme les Porphyromonas gingivalis vont prendre le dessus et s’attaquer aux gencives, jusqu’à détruire les tissus environnants. C’est ainsi que la parodontite débute. A chaque forme de parodontite est associée un type de bactérie différent, ce qui rend l’étude de ces maladies assez complexe.

Évolution et complications possibles

La parodontite survient lorsqu’une gingivite n’est pas soignée et qu’elle progresse. En l’absence de traitement, la parodontite peut conduire à la chute des dents.

La parodontite chronique de l’adulte évolue lentement, sur plusieurs années.

La parodontite agressive débute vers l’adolescence ou avant l’âge de 30 ans et subit une évolution rapide.

Par ailleurs, la parodontite chronique est associée à une inflammation prolongée, qui a des effets négatifs sur tout l’organisme et qui peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires, entre autres.

Traitements médicaux

Lorsqu’une parodontite est diagnostiquée, le but du traitement est d’arrêter le plus vite possible la progression de la maladie et, si possible, de restaurer les structures de soutien des dents. Le type de traitement dépend de l’avancée de la maladie et de l’état de santé global de la personne atteinte.

Le traitement repose sur :

  • un nettoyage complet des dents, de leurs racines et des gencives
  • si nécessaire, un traitement antibiotique
  • si nécessaire, un traitement chirurgical
  • un entretien quotidien à domicile et un nettoyage régulier chez le dentiste tous les 3 mois.

Nettoyage des dents

Un nettoyage complet est très souvent suffisant pour arrêter le progression des parodontites. C’est la première étape indispensable de tout traitement parodontal.

En éliminant les bactéries et le tartre fixés sur les dents et leurs racines (mises à nues par la destruction des tissus de soutien), le dentiste permettra à la gencive qui s’est décollée d’adhérer de nouveau aux dents et de limiter ainsi la progression bactérienne. Il est nécessaire de favoriser la cicatrisation des poches parodontales qui constituent des réservoirs de bactéries.

Ce traitement s’appelle le « surfaçage radiculaire » : il s’effectue en une à deux séances rapprochées, sous anesthésie locale, à l’aide de curettes manuelles ou d’appareils à ultrasons. Ce surfaçage ne sera efficace à long terme que s’il s’accompagne quotidiennement d’un brossage méticuleux, complété par le passage du fil dentaire.

Remarque :Avant ce traitement, des bains de bouche désinfectants peuvent être prescrits par le dentiste. Ils permettent de réduire le nombre de bactéries présentes dans la bouche (chlorhexidine de 0,1 à 0,2%). Cependant, l’usage de bain de bouche doit être temporaire et il ne remplace en aucun cas le brossage des dents. Il peut même être nocif car il élimine également les « bonnes » bactéries.

Traitement chirurgical

Dans 5 à 10% des cas, le surfaçage radiculaire ne suffit pas à réduire les poches parodontales. Des techniques chirurgicales doivent alors être employées.

En incisant la gencive, le chirurgien dentiste peut nettoyer les poches parodontales de manière exhaustive et retirer le tartre inaccessible autrement. La gencive est ensuite replacée et cicatrise en adhérant aux dents et aux os nettoyés.

Si l’os est détruit de façon trop importante, une chirurgie parodontale régénératrice peut être proposée. Elle consiste à reconstituer le tissu de soutien des dents pour obtenir une meilleure cicatrisation et un bon ancrage des dents. Plusieurs techniques existent pour combler les destructions osseuses :

  • utilisation de biomatériaux (membranes permettant la croissance de nouveau tissu osseux)
  • réalisation d’une greffe osseuse (os prélevé ailleurs sur le corps du patient)

Enfin, il est possible d’effectuer une greffe gingivale pour contrer la rétraction des gencives qui cause « l’allongement » inesthétique des dents, c’est-à-dire le déchaussement. La greffe est réalisée en prélevant du tissu au niveau du palais.

Traitement antibiotique

Dans la majorité des cas de parodontites, les traitements « mécaniques » permettent de stopper la maladie. Cependant, dans le cas de certaines parodontites agressives, un traitement antibiotique complémentaire est nécessaire.

Ce traitement est aussi utilisé en cas de récidive (réinfection des poches) ou chez certaines personnes fragiles, ayant des problèmes cardiaques ou un diabète de type 2 mal contrôlé.

Sachons que La parodontite est une maladie très fréquente qu’il ne faut pas négliger. Elle débute par une gingivite qui se manifeste d’abord par un saignement des gencives. Une bonne hygiène dentaire quotidienne peut prévenir la majorité des parodontites. Cependant, la parodontite peut se développer de façon insidieuse et un examen annuel chez le dentiste est indispensable pour la détecter et la traiter précocement. Si, par ailleurs, vous présentez des signes de gingivite avec des gencives rouges et boursouflées, je vous conseille de consulter votre dentiste plus rapidement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.