La dyshidrose palmo-plantaire, qu’est-ce que c’est ?

La dyshidrose palmo-plantaire est une variété d’eczéma qui touche principalement les mains et les pieds. Il s’agit d’une affection cutanée caractérisée par l’apparition de vésicules dures mais également par une sensation de brûlure pouvant durer plusieurs semaines. On la connaît également sous l’appellation d’eczéma bulleux. Elle affecte indifféremment hommes et femmes.

Les causes de la dyshidrose

Elle serait liée à une sécrétion excessive de sueur. Cette affection cutanée se développant dans un environnement humide, elle se développe donc sur les zones corporelles reconnues comme humides, notamment les mains et les pieds.
D’autres facteurs peuvent provoquer la dyshidrose comme le stress. En effet, une personne stressée ou anxieuse va produire une quantité abondante de sueur, et aura davantage de risques de développer ladite affection.

Et les potentielles causes de cette affection ne s’arrêtent pas là. Certaines allergies, notamment celles aux métaux (le nickel ou le cobalt par exemple), favoriseraient cet eczéma. Mais aussi une exposition prolongée au soleil, des mycoses et même… des infections du système digestif comme la maladie de Crohn ou la rectocolite hémorragique.

Les symptômes de la dyshidrose

La dyshidrose se manifeste par des boursouflures qui ressemblent à des petites cloques. Ces dernières apparaissent sur le côté des doigts et sur les paumes de mains, ou sur la voûte plantaire. Des démangeaisons précèdent les lésions de la peau qui peuvent être prurigineuses, c’est-à-dire qu’elles démangent, douloureuses ou asymptomatiques. Malheureusement, la dyshidrose peut se manifester des mois voire des années durant.

Trois astuces pour lutter contre la dyshidrose

1 – Ralentir sa consommation d’aliments riches en histamine

L’histamine est une molécule de signalisation du système immunitaire qui peut activer les démangeaisons. Certains aliments sont riches en histamine, il va donc falloir essayer de les oublier. Aussi, faites une croix sur le chocolat, le roquefort, les poissons marinés ou encore les aliments fermentés (vin, bière, choucroute…).

2 – Éviter les aliments acidifiants

Acidose et dyshidrose seraient étroitement liées. On parle d’acidose lorsque le pH du sang est trop acide, quand l’organisme n’arrive plus à gérer ses déchets. Il cherchera alors toutes les voies de sortie possible, comme la peau. D’où la nécessité de minimiser les facteurs d’acidité. Il va donc falloir écarter autant que possible le gluten, les produits laitiers, le café, les protéines et l’alcool !

3 – Essayer le régime pauvre en FODMAPs

Gluten et produits laitiers sont des aliments acidifiants, donc potentiellement liés à la dyshidrose. Et le régime pauvre en FODMAPs, principalement utile aux personnes souffrant du syndrome de l’intestin irritable, tend à écarter ces produits de l’alimentation. Car ils sont en effet constitués de petits sucres fermentescibles qui ne sont pas assimilés par l’intestin.

Donc, si vous souffrez de dyshidrose et de troubles intestinaux, ce régime devrait vous faire le plus grand bien  !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.