Nuits blanches, courtes ou hachées… Nous avons tous un jour fait face au manque de sommeil. Mais comment réagit notre organisme quand on ne dort pas assez ?

On le sait : le sommeil a un rôle essentiel sur l’organisme. Ce n’est pas pour rien qu’un être humain dort entre 7 et 8 heures par tranche de 24 heures !

Pourtant, un tiers de la population serait en manque de sommeil. Une carence qui peut prendre deux formes différentes : la privation aiguë de sommeil, qui se manifeste exceptionnellement le temps d’une nuit blanche par exemple, et la dette chronique de sommeil, qui se caractérise par quelques heures de sommeil en moins chaque nuit.

C’est cette seconde forme qui peut avoir des conséquences désastreuses sur la santé.

Le sommeil permet au cerveau de « s’auto-nettoyer »

Lorsque l’on dort, l’organisme fonctionne au ralenti, ce qui lui permet de se ressourcer et de récupérer. Il en va de même pour le cerveau : pendant l’éveil, quand cet organe est en activité, il produit des déchets qui doivent être éliminés. Le cerveau profite alors du sommeil pour « s’auto-nettoyer », grâce à un liquide appelé la glymphe, qui est déversé par des canaux.

En plus de permettre au cerveau de se débarrasser de ses déchets, le fait de dormir agit sur la récupération cérébrale et sur la capacité de mémorisation. Le sommeil lent permet ainsi au cerveau de se reposer et d’entretenir la mémoire épisodique (date, lieu, état émotionnel). Le sommeil paradoxal, quant à lui, se caractérise par une hyperactivité du cerveau, qui permet de mettre en forme la mémoire procédurale (savoir-faire et habiletés motrices).

Le manque de sommeil peut donc être néfaste pour le cerveau. Mais ce n’est pas le seul organe à pâtir d’une dette chronique de sommeil.

Le manque de sommeil, en dehors de la fatigue, peut provoquer de graves conséquences sur notre état physique et psychologique. Zoom sur les problèmes que l’on peut rencontrer lorsqu’on ne dort pas assez. Un bon sommeil est primordial pour la santé de notre organisme mais aussi pour notre bien-être. Il permet de reposer son corps et son esprit, pour être d’attaque dès le lendemain matin. Un sommeil de qualité permet une utilisation optimale de ses capacités intellectuelles et physiques.

Le manque de sommeil favorise l’obésité et le diabète

Le cœur est particulièrement mis à mal par le manque de sommeil : ce phénomène détériore le système cardiovasculaire et augmente le risque d’hypertension mais aussi d’accident cardiovasculaire.

Autre conséquence du manque de sommeil : le risque métabolique, qui se caractérise par une mauvaise assimilation des aliments, mais aussi par une appétence accrue pour la graisse et le sucre. Résultat : les personnes qui ont une dette chronique de sommeil sont davantage sujettes à l’obésité et au diabète de type 2.

Tous les tissus biologiques (rénal, intestinal, cardiaque…), parmi lesquels ont retrouve la peau, sont également affectés par le manque de sommeil, qui favorise leur vieillissement prématuré.

Mais ce n’est pas tout : dette chronique de sommeil rime aussi avec fragilité psychologique, risque de dépression, d’anxiété ou encore de conduite addictive.

Un affaiblissement du système immunitaire

Lorsque notre sommeil n’est pas suffisamment réparateur, notre corps ne se repose pas correctement. À force, il accumule de la fatigue et notre système immunitaire en subit les conséquences : il s’affaiblit et perd sa fonction de barrière. Notre organisme est donc moins protégé contre les maladies, les virus et les infections.

Les troubles de la concentration et de la mémoire

Une fatigue mentale peut souvent entraîner une diminution de la concentration et certains troubles de la mémoire. Vos fonctions cognitives ne sont plus aussi performantes. En manquant de sommeil, votre cerveau aura plus de mal à se concentrer mais aussi à retenir ou à apprendre de nouvelles données. C’est pourquoi il est important de bien dormir avant des examens ou en période de révisions.

Un risque de surpoids

Sur le long terme, le manque de sommeil peut avoir des conséquences sur les habitudes alimentaires et entrainer parfois un risque de surpoids. Lorsqu’on ne dort pas assez, notre corps n’a pas le temps de se reposer. Il manque d’énergie. Pour compenser, il va avoir besoin et vous donner envie de sucres rapides : sucreries, gâteaux, boissons sucrées, etc. De plus, la fatigue peut aussi agir sur la sécrétion des hormones impliquées dans la régulation de l’appétit, notamment en diminuant la synthèse de la leptine. Surnommée l’hormone de la satiété, c’est elle qui dicte à notre cerveau d’arrêter de manger. A contrario, elle augmente la production de ghreline, l’hormone qui stimule l’appétit. Ainsi, elle incite l’organisme à consommer plus souvent et en plus grandes quantités. La fatigue conduit également à une réduction des pratiques physiques et sportives, entraînant souvent une prise de poids.

La fatigue physique à cause du manque de sommeil

La fatigue physique est généralement la première à se faire ressentir. Votre corps, s’il manque de sommeil, manquera également d’énergie. Il ne sera plus aussi performant au niveau sportif, musculaire, etc. Le moindre effort pourrait vous être plus difficile à effectuer. De plus, votre squelette se fragilise aussi.

Manque de sommeil : les troubles de l’humeur

Quand on ne dort pas bien, en plus d’accumuler une certaine fatigue physique, notre organisme doit aussi faire face à une fatigue émotionnelle. À force, nos émotions sont plus difficiles à maîtriser et deviennent parfois excessives ou inappropriées.

Un test pour définir ses besoins

A quel moment peut-on parler de manque de sommeil ? Il n’y a pas de réponse toute faite à cette question, car chacun a ses propres besoins, même si la moyenne pour un adulte se situe entre 7 et 8 heures.

Pour connaître ses besoins, le mieux est de réaliser le test suivant : après au moins huit jours de vacances le temps de récupérer de la dette de sommeil accumulée le reste du temps , ne mettez pas de réveil et, pendant une semaine, observez à quelle heure vous vous endormez et combien de temps vous dormez.

Ce que vous observez correspond au créneau qui vous est le plus favorable et au nombre d’heures de sommeil dont vous avez besoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.